Mis en avant

« Tanz », les rêves de jeunes danseurs

Un One Shot comme on les aime, sélectionné pour le Grand Prix 2021 du festival d’Angoulême

« C’est le chemin personnel d’une artiste (…) j’ai voulu parler de la fin des années 50 qui était une période bouillonnante à New York »

— Maurane Mazars, auteur.

Allemagne, 1957. Uli est un jeune homme de 19 ans, élève d’une prestigieuse école de danse moderne. Sa fougue contraste avec la mélancolie de l’Europe d’après-guerre. Il est passionné de comédies musicales mais cette passion est moquée par ses camarades qui jugent cette discipline trop commerciale.
Lors d’un voyage à Berlin, il rencontre Anthony, un jeune danseur afro-américain. Ce dernier suggère à Uli de venir tenter sa chance à Broadway…

Un album dense de 250 pages que l’on pourrait presque qualifier de “chorégraphié” puisqu’il nous fait passer du ballet à la comédie musicale mais aussi d’un continent à l’autre au rythme des rêves de jeunes danseurs.

 

« Terre », la suite de « Ter »

De la bonne SF et un second cycle qui démarre sur ce qui ressemble à la terre…

« J’ai beaucoup utilisé les fractales pour donner des effets d’oppression et de choses immenses »

— Christophe Dubois, dessinateur.

Les passionnés de SF ont particulièrement apprécié un premier cycle en 3 tomes dans lequel un héros anonyme, apparu sur une terre inconnue, prenait des aires de messie avant de de n’être finalement réduit qu’à l’état de simple humanoïde. En effet ses capacités hors normes n’étaient pas divines mais simplement celles d’un robot à forte I.A…. 

Un scénario plutôt original de Rodolphe dans un décor futuriste et spatial soutenu par le dessin réaliste de Christophe Dubois. Le dessinateur suisse nous en dit un peu plus sur le deuxième cycle de TERRE, écrit cette fois “Terre” comme notre bonne vieille planète.

“Albator” adapté en BD

Manga, dessin animé, le mythique pirate de l’espace se raconte aussi en bande dessinée…

« C’est assez extraordinaire de voir une série qui date de 40 ans et qui pourtant a des thèmes qui sont en répercution avec ce qu’on peut voir aujourd’hui »

— Jérome Alquié.

Albator, dessin animé culte tiré d’un manga, a marqué des générations et continue à exister au travers de différents supports. Jerome Alquié s’est attaqué à une adaptation en bande dessinée.

Il propose une histoire inédite sous la forme d’un triptyque aux éditions Kana. Véritable passionné du personnage et du manga, Jerome propose une adaptation sous le prisme franco-belge.

Un joli défi qu’il a su relever pour le plaisir des fans de toujours et des plus jeunes générations.

 

“Forté”

Des favelas du Brésil jusqu’à l’Ecole Normale de Musique de Paris

« Flavia devra avoir toute la volonté du monde et énormément de ténacité pour réussir le rêve qu’elle a depuis toute gamine »

— Kim Consigny.

La prestigieuse Ecole Normale de Musique de Paris forme des musiciens capables d’exceller dans la pratique d’un instrument, dans la composition ou dans le chant. Elle ouvre ses portes à des élèves du monde entier et propose des bourses pour aider les plus défavorisés à avoir leur chance.

Flavia, jeune surdouée brésilienne, va bénéficier d’une telle chance et intégrer l’école pour tenter devenir pianiste professionnelle. Son histoire est racontée dans une bande dessinée qui s’intitule “Forté”, aux éditions Dargaud.

Et de la musique en BD, ce n’est pas facile à dessiner… Kim Consigny l’a fait et nous en parle… 

 

“Mutations”

Soudainement des animaux attaquent les hommes!

« Le monde que l’on décrit est futuriste…il n’y a plus autant d’êtres humains… les rapports de forces se sont inversés… les pays du tiers monde de maintenant sont devenus les pays riches dans notre BD « 

— Corinne Jamar.

Mutations, c’est une bande dessinée de fiction, voir même d’anticipation… 

Dans un monde qui a été bouleversé par les changements climatiques, et qui ressemble tout de même beaucoup au notre, des animaux attaquent des hommes. Et pas n’importe comment : à coups de rockets… Heureusement, l’ONU mène l’enquête !

Une histoire originale, qui fait réfléchir, et dont le scénario a été écrit à 4 mains par le grand Leo et Corinne Jamar. Corinne et Fred Simon, le dessinateur, nous en parlent et rappellent que cette série est la suite d’une autre qui s’appelait « Mermaid Project ». 

 

“La Horde du Contrevent”

Avancer péniblement contre le vent !

« Je savais que ce serait un travail assez long parce le roman fait 700 pages, l’univers est très dense, il y a beaucoup de personnages… mais ce n’est pas de dessiner le vent qui m’a posé le plus de problème »

— Eric Henninot.

La horde du contrevent, c’est d’abord un livre de Alain Damasio. Un récit de Science Fiction qui a marqué le genre en mettant en scène un élément bien particulier : le vent ! 

C’est l’histoire de gens qui vivent dans un autre monde où le vent souffle en permanence et toujours dans le même sens. Personne ne sait d’où vient ce vent et chaque génération envoie une horde pour trouver sa source, en avancant justement à contrevent. Eric Henninot adapte ce monde et cette histoire en bande dessinée aux éditions Delcourt. 

 

“Révolution”, meilleur album 2020 pour Angoulême!

« Liberté », un premier tome de 300 pages!

« On avait envie de proposer une relecture de la Révolution qui ne soit pas celle des livres d’histoire ».

— Florent Grouazel.

Le fauve dor 2020 autrement, la meilleure BD de l’année désignée par le festival d’Angoulême, a été décerné à Revolution!!

Une BD sur la révolution quoi… oui sauf que ce n’est pas vraiment une BD historique mais plutôt l’histoire de personnages assez inattendus pendant la période de la révolution française. En choisissant ce contexte et décor pour raconter leur histoire, les auteurs invitent à vivre la période de la révolution sous un prisme nouveau en imaginant comment des petites gens, des enfants, ou encore mêmes des femmes ont vécu, subit ou impacté cette période clé de l’histoire. Un fauve d’or mérité pour ce premier tome de 300 pages  intitulé « Liberté » écrit et dessiné à 4 mains par 2 jeunes auteurs que nous avons rencontrés : Younn Locard et Florent Grouazel….

 

« Nymphéas Noirs », du Monet en BD

Un thriller à Giverny

« Les Nymphéas noirs », selon la légende serait le tout dernier tableau de Monet.

— Fred Duval.

De plus en plus souvent, un peu comme le cinéma recherche de bons livres pour faire de bons films, la BD se tente à découper et mettre en image des best-sellers. Et comme pour le cinéma, l’exercice n’est pas évidemment… 

L’adaptation de “Nymphéas noir”, roman à succès de Michel Bussi était assez “challenging”. Déjà parce que l’histoire est compliquée et ensuite parce que Monet et l’impressionnisme sont tellement présents que ça pouvait mettre un peu la pression côté dessin. Et bien cette adaptation semble réussie puisque ce titre fut un vrai succès . Nous avons rencontré les auteurs de la BD Nympheas Noirs : Didier Cassegrain et Fred Duval.

 

L’inventeur de la BD s’appelle Töpffer

Les histoires en estampes, ancêtres de la bande dessinée

« Dans le monde francophone il est admis que Rodolphe Töpffer est le père de la bande dessinée »

— Thierry Dubois.

La BD c’est un truc qu’a été inventé à Genève !!! Mais oui nom de bleu…

Dans les années 1830 un certain Rodolphe Töpffer invente les bases de ce qui deviendra la bande dessinée. La bibliothèque de Genève lui a récemment rendu hommage lors d’une exposition qui présentait certains de ses albums originaux.

Thierry Dubois conservateur à la bibliothèque de Genève nous présente cet homme hors-normes. 

 

« El Comandante Yankee »

Un Che Guevara américain

« Personne ne sait pourquoi William Alexander Morgan s’est engagé dans un tel combat! »

— Gani Jakupi.

L’histoire peu connue et incroyable d’un révolutionnaire hors du commun… Celle d’un américain engagé dans les combats révolutionnaires au côté des cubains .

Une sorte de Che Guevara à l’américaine, un homme atypique et complètement oublié de l’histoire : William Alexander Morgan. Le destin fascinant de cet homme est dévoilé grâce à une bande dessinée et surtout grâce aux travaux d’un homme qui s’est passionné pour ce personnage oublié: Gani Jakupi a écrit en BD l’histoire du «Comandante Yanke»